Généathème:Des objets qui ont traversé le temps

Le généathème de ce mois concerne les objets de famille, leur histoire.

C’est pour moi un vaste sujet et j’ai l’embarras du choix pour ce qui est des objets qui ont traversé le temps et sont arrivés jusqu’à moi.

Pourtant, il m’a bien fallu faire un choix. J’ai ainsi choisi d’évoquer un objet qui est lié à Louise TAIN, mon arrière-arrière grand mère. Ce morceau de papier défraîchi  évoque un brin de la vie de mon aïeule.

L’objet en question est un certificat de nourrice.

Malgré son mauvais état, on peut quand même lire et déchiffrer le document. Mon AAGM Louise MARCHAND, née TAIN exerçait en effet la fonction de nourrice.

certificat pour paiement de nourrice
certificat de nourrice-document personnel.

Ainsi, le 8 Février 1907, l’administration de l’assistance publique de Paris établit un certificat au nom de Louise MARCHAND. Le certificat atteste qu’elle élève bien une certaine LAPINE Eugénie, matricule 147435, née le 31 mars 1901. Cette administration a envoyé le document au lieudit “la Maison Blanche” à Monétay-sur-Loire, domicile de Louis et Louise MARCHAND.

Qu’est que nous apprends le document?

verso certificat de nourrice
verso du certificat de nourrice. Document personnel

Il est toujours important d’observer un document dans sa totalité: en retournant le document, j’apprends que Louis et Louise ont déménagé et qu’ils vivent désormais sur la commune de Vaumas, au lieudit “les Chaumes”. Le recensement de 1911 m’informe d’ailleurs qu’ils sont resté au moins jusqu’en 1911 à Vaumas. Je note également que la petite Eugénie LAPINE ne vit plus avec eux en 1911.

L’envie d’en savoir davantage sur cette petite Eugénie m’a fait consulter tant le répertoire des enfants assistés que les archives de l’état-civil de Paris. J’ai trouvé l’acte de naissance d’Eugénie, le 31 mars 1901 dans le 14ème arrondissement, vue 31. La mère d’Eugénie se nommait Marie LAPINE.Elle était alors âgée de 40 ans. Eugénie avait une soeur jumelle, Marie. Sur l’acte de naissance de cette dernière, il y a beaucoup plus d’informations: on apprend ainsi qu’elle s’est mariée le 25 février 1926 avec Jules Marius DELERIN à Garnat-sur-Engièvre dans le département de l’Allier. Elle est décédée à Moulins le 10 janvier 1994 à Moulins.

Mais qu’en est-il d’Eugénie. C’est là que Filae ou Geneanet peuvent être utile et en l’occurence, c’est Filae qui m’apporte la réponse et le début d’un mystère: Eugénie LAPINE est décédée le 23 mars 1907 à Saligny-sur-Roudon, vue 254. Il est bien précisé sur l’acte de décès qu’elle est une enfant pupille de l’assistance publique. Mais il est aussi précisé qu’elle est décédée chez un certain GELIN Gilbert, déclarant du décès. Deux questions se posent alors:

  • est-ce bien le même enfant dont il est question? La commune de décès diffère de celle où vivait mon arrière-grand-mère Louise. Certes, Monétay-sur-Loire et Saligny-sur-Roudon sont deux communes voisines.
  • Pourquoi est-il précisé qu’Eugénie LAPINE vivait chez Gilbert GELIN alors que je dispose d’un certificat attestant qu’elle vivait chez Louise MARCHAND? Je remarque quand même que le certificat n’a pas été contre signé par le percepteur de l’époque, ce qui pourrait signifier que mon AAGM n’a pas été payée?
  • Est-ce un hasard si le couple MARCHAND-TAIN a déménagé pratiquement au même moment comme l’indique le verso du certificat de nourrice?

Le recensement de 1906 me confirme qu’Eugénie LAPINE a bien été recensée chez Louis et Louise MARCHAND:

recensement Monétay 1906

recensement 1906, Monétay-sur-Loire, AD Allier, 6M184, vue 8.

La consultation du recensement de Saligny-sur-Roudon, en 1906 me confirme que Philibert GELIN n’avait pas la garde d’Eugénie ALPINE, mais d’une certaine Jeanne TAIN, née en 1904 à Monétay-sur-Loire.Malheureusement, je n’ai trouvé aucune naissance en 1904 au nom de Jeanne TAIN…

Ce morceau de papier, vieilli et rongé par les années, a voyagé jusqu’à moi en gardant ses secrets. Je n’aurais sans doute jamais la réponse  aux questions que j’ai posées ci-dessus. D’ailleurs, j’étais loin d’imaginer tous ces mystères en choisissant ce document pour écrire le généathème de ce mois de mars 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :